close

Quels documents fournir pour se porter garant ?

Il arrive souvent que les propriétaires demandent à un garant l’assurance d’être payé. En fait, la location de votre propriété est un risque financier. Sans garant, le propriétaire n’a aucun moyen de se tourner vers quelqu’un pour payer pour vous. Les procédures judiciaires prennent du temps. Si vous avez l’intention de vous porter garant de quelqu’un, vous devrez fournir certains documents et pièces justificatives pour prouver votre solvabilité .

À quoi s’engage le garant ?

garant d’un locataire n’est pas un acte anodin. Vous devez avoir toute confiance en la personne. Généralement, vous vous portez garant de l’un de vos enfants ou d’un être cher. En cas de loyers impayés, le propriétaire peut réclamer le paiement du loyer Le . C’est un risque financier qui pèse sur vos épaules. Tout d’abord, il vous sera demandé de signer un acte de lien simple ou conjoint.

A lire également : C'est quoi un bon rendement locatif ?

Si vous choisissez l’option « simple », le propriétaire ne être en mesure de vous demander le paiement si toutes les démarches qu’il a prises avec le locataire ont échoué. Si vous signez l’option d’ obligation conjointe , à partir du moment où elle n’est pas payée, le bailleur peut venir réclamer le montant qui vous est dû. Il peut même faire le choix de s’adresser directement au garant.

Rassurez-vous, si vous êtes sur le point de louer une propriété, mais aucun être cher ne peut garantir, vous pouvez vérifier auprès des agences pour avoir un dépôt bancaire ou un dépôt Visale. Cependant, les donateurs préfèrent souvent une personne physique. N’hésitez pas à demander conseil à votre agence immobilière.

A lire aussi : Qu'est-ce qu'une caution de retenue de garantie ?

Documents justificatifs et documents à l’appui

La liste des pièces justificatives est strictement réglementée par la loi. Le propriétaire ne peut pas déroger à ses droits et vous en demander davantage. Avant garant, il est important de lire la loi Alur en vigueur depuis 2014 et le décret d’application 2015-1437. Ainsi, vous devez fournir :

  • Une carte d’identité . Il peut s’agir de votre carte d’identité nationale ou de votre passeport. Attention, une seule pièce suffit. Le propriétaire ne peut pas exiger une seconde.
  • Une seule preuve de domicile . Encore une fois, la liste est très précise : il peut s’agir d’une facture d’électricité, d’un reçu de loyer, d’une facture d’eau, d’un certificat d’assurance habitation ou simplement d’un avis d’impôt sur le logement. L’objectif est de prouver votre adresse personnelle.
  • Une preuve professionnelle  : un certificat de l’employeur, un contrat de travail ou un extrait Kbis si vous êtes indépendant afin de prouver votre stabilité.
  • Preuve de votre solvabilité  : vos derniers bulletins de paie, votre avis fiscal, preuve de rente viagère, pension, allocations ou allocations. Tous vos revenus peuvent être pris en compte quelle que soit l’origine.

Apprenez à identifier les propriétaires qui vont trop loin. Tout autre document requis est illégal. Ainsi, ils ne peuvent pas vous demander de prendre une visite médicale et fournir des renseignements sur votre couverture médicale et votre état de santé. De même, on ne peut pas vous demander de fournir un relevé bancaire prouvant que vous pouvez vous permettre de vous garantir.

Si vous êtes confronté à un locateur qui demande des preuves illégales, vous pouvez les signaler aux autorités compétentes. Dans ce cas, il est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 3 000 euros.