Menu

Que devient la langue bretonne ?

Au début du siècle, l’abbé Jean-Marie Perrot affirme « Hep brezhoneg, Breizh ebet », traduit en langue française : « sans langue bretonne, plus de Bretagne ». Bretagne était une nation à part avant l’annexion française en 1532. On peut dire que la langue bretonne a perdu sa souveraineté à partir de cette année. Pourtant, ce n’est qu’une conclusion hâtive ! La langue bretonne s’est perdue d’elle-même depuis bien longtemps. Vis-à-vis de son voisinage avec la France, la Bretagne a été fortement influencée par la culture française, y compris sa langue.

La dégression de la langue bretonne

langue bretonne

Il y a toujours un lien mythique entre la langue et sa nation. Ce n’est pas le cas pour la Bretagne et la langue bretonne. Depuis des siècles, la langue bretonne est victime d’une répression, d’une stigmatisation à cause de sa négation par l’État française. La Bretonne a cessé d’être une langue de la nation depuis longtemps pour être tout simplement une langue des classes populaires. Elle a été maintenue uniquement par les gens de la campagne et des ports. Après 1532, cette répression a encore pris de l’ampleur. Les Bretons ont commencé à avoir honte de leur langue. On enseignait uniquement en français dans les écoles. Et les parents commençaient à interdire à leurs enfants de parler la Bretonne. C’est ce qu’on peut appeler l’humiliation linguistique. Par ailleurs, les élèves parlant encore la Bretonne à l’école subissaient des punitions physiques. C’est devenu une honte ou même une peur de la pratiquer encore dans leurs milieux familiaux. Partout sur le territoire, la Bretonne est tombée dans l’oubli.

La revalorisation de la langue bretonne

Maintenant à l’ère de la mondialisation, il est temps pour chacun de tracer une nouvelle voie. Certaines nations décident de sombrer encore plus dans l’oubli pour imiter la culture des pays dominants comme la France. D’autres nations par contre ont choisi de revaloriser leurs propres cultures. Tel est le cas de la Bretagne. Grâce aux militants qui ont agi depuis quelques décennies, la langue bretonne commence à reprendre de force. Longtemps considérée comme un archaïsme vis-à-vis de la modernité de la langue française, la langue bretonne est de nouveau vivante.

L’association Diwan ouvre la première école d’enseignement de la langue bretonne en 1977. Plus tard, 26 autres écoles Diwan ont vu le jour. L’enseignement est défini dans le cadre de la culture bretonne. De nombreuses écoles publiques et catholiques ont suivi cette révolution. Les enseignements sont devenus bilingues : bretonne et française. Il y a même un cursus universitaire dédié pour l’apprentissage de la langue bretonne. De nos jours, la langue bretonne est utilisée en parallèle avec la langue française sur presque le territoire breton. La réinvention de la langue touche à priori les voies publiques comme les panneaux de signalisation routière.